Typhaine Garnier, “Vide-Grenier”, extraits


Les éditions Lurlure publient un nouveau texte de Typhaine Garnier, Vide-Grenier, avec des dessins d’Onuma Nemon. Poesibao propose ces extraits


 

Typhaine Garnier, Vide-Grenier, dessin d’Onuma Nemon, Lurlure, 2023, 120 p., 18€


CARRÉ DE PLAGE
Teneur 1 m3 circonférence conifère imputrescible sous parade vibratile de mini pom-poms en liesse citron tous les févriers : l’endroit rêvé pour châteaux-forts et leur usine de purée de pois cassés bouillante pour les sièges, en temps de paix tournois de billes, propulsion d’allumettes dans les tunnels façon bobsleighs ou courses de Playmo en maillot de gommettes dans les étapes de grimpe jusqu’au petit lion sourire jaune momie entre les Barbie et la larme au micro — tous les chats chattes du quartier cha bi dou wap vont adorer. Fourni avec pelle et seau pour le plein incognito à la barbe du garde-côte.
Sablonceaux (Charente-Maritime)
(p. 11)


CUISINE D’ANTAN
Sous un angle délibérément artistique, affriandantes photographies pleine page de fricoteuses en socquettes et genoux mauves abondamment assorties d’idées piquantes. En liste d’ingrédients : tout ce qu’on peut glaner couper faucher effeuiller arracher trancher piller concasser écrabouiller ou trucider en cachette ou impunité. Top 10 des délices : confit de cagouilles en coquille suprême de bois blanc sur chutney de porreau crumble de compost à la crème jonquille radis fourrés aux trois orties mousse de tubercules sur nombrils de Vénus tartare de loche noire et son écrasé de ver de terre croquettes de bête à bon Dieu sauce beurre d’ajoncs medley de racines lasagnes d’oreilles d’âne taboulé d’oseille sauvage, le tout sublimé par une présentation inventive et dégradable (plateaux de bardane, assiettes en patience, verres arums et serviettes en fleurs de sureau).
Mantallot (Côtes-d’Armor)
(p. 14)


ENTRÉE 2 PERS. « AU REFUGE DE LA CRÉATION »
Passée la grille ravagée du Temps, on troquera bottines et escarpins contre sabots de jardin (espérance autorisée d’un petit café) pour enfiler queue-leu-leu touffus la sente renfermée jusqu’à l’antre du Maître qui poussera Lui-Même la porte (bruit de la porte) : un cabanon-brocante Mon atelier d’été dixitra-t-Il (pas gaspiller droits d’auteur en kilowattheures) savamment meublé dans les styles camping et Empire. Si rayon filtre (pas dilapider cachets en ampoules) on aura peut-être la chance d’apercevoir colverts faisans perdrix pointers daguets lièvres bondissants (sur la faïence), un écureuil (à peine ébréché), une tabatière (noyer), un renard (empaillé avec toutes ses dents), un fer à repasser fonte et porcelaine (comme neuf), une cuillère à pot peinturlurée (chevelure laine), un missel en croûte (de crasse), plusieurs vide-poches (en coquillages), des dépôts de cordelettes (va savoir), des alignements d’agendas noircis (depuis le fameux colloque jusqu’à aujourd’hui), une cape de pluie (d’avant le polyamide), des manches d’épuisettes télescopiques (à toutes fins), un mouchoir de peau (de sanglier), une assise de chaise (percée), des boqueteaux à l’huile (sur toile), une veste velours râpée (encore son effet aux anniversaires de médiathèques, avec pochette pratique pour le Bic au cas où), des patins tout-terrain, des masques étonnés en bois, cinquante ans de menus sur fiches, une carabine, Joyeux Noël au point de croix, une empreinte rose de main gauche en plâtre et surtout, énigmatiques plus ou moins jaunis vers le ciel de poutres : mille cairns de bouquins érigés sur un nombre à calculer de décennies. Station fascinée obligée devant la frise rétrospective : le poète regard affûté taille ses fruitiers, le poète costume blanc butte ses poireaux, le poète arpente à grands pas inspiré par les hectares, le poète en rocking-chair lunettes de soleil, le poète à vélo, en tablier rigolo, au repos sur sa serviette, devant des ruines, en charentaises avec son chat, le poète en vrai qui vous pousse dehors car ça commence à faire soif non ? Bout de la prairie déplier quelques pliants plus ou moins pour un échange décontracté plus ou moins stimulant sur les thèses récentes en cours et à venir approchant Son Œuvre, avec apport pas trop tôt via l’épouse des rafraîchissements contre restitution des Crocs.
Le Poêt-Célard (Drôme)
(pp. 51-52)

Typhaine Garnier, Vide-Grenier, dessin d’Onuma Nemon, Lurlure, 2023, 120 p., 18€