Lorine Niedecker, “Cette Condenserie”, extraits


Extraits d’un important recueil de la poète américaine Lorine Niedecker (1903-1970), une condenserie de lettres, essais et projets de poèmes.


 

Lorine Niedecker, Cette Condenserie, textes traduits, choisis et assemblés par Martin Richet, préface de Jean Daive, Éditions Corti, 2023, 276 p., 21€


Voyageurs
Région du Lac Supérieur
[Incipit de la première version publiée du poème ‘Lac Supérieur’].


I
Dans la moindre partie du moindre être vivant
est une matière qui a un jour été pierre
            devenue terreau

Dans le sang les minéraux
            de la pierre

II
Fer l’élément de terre commun
aux pierres et aux cargos

Sault Sainte Marie
la pause d’antan des voyageurs,
bosho (bon jour)
 chanté
par les hommes des garnisons

Aujourd’hui écluses, grands bateaux
noir-charbon et rouge-minerai-de-fer
coiffés d’un si blanc château

Les eaux coopérant
            internationalement
Les mouettes jouant double jeu

III
Par toute cette terre de granite
le signe de la croix

Beauté : impuretés dans la pierre

IV
Nous touchons ici, polis,
le rubis de corindon
le lapis-lazuli
né des changements du grès
la cornaline sardoine
d’Uruguay
à l’éclat rouge-brun-abricot
et l’agate sable de silice
du proche rivage

De nom grec, d’antiquité exodique
surgie dans le Nord-Ouest
            de l’Amérique
je t’ai eue à l’esprit
entre les orteils,
                        agate

V
Que les Anglais ensoleillent
le son de Radisson
et fassent confiture de groseille
de Groseilliers
            (GrosaYÉ)
rivière, chutes, tout un pays
gooseberry

« un labyrinthe de plaisirs »
ce nouveau monde des lacs –
Radisson

Cheveux longs, long fusil,
pas d’ongles –
arrachés par les Mohawks
lorsqu’ils l’attachèrent à un poteau
pour le tuer lentement

Il y a quarante ans maintenant
aux environs de Rainy Lake
les balbuzards pêchaient
et les aigles piquaient
pour leur prendre leurs proies

lorsque Radisson
retrouva à Knife Lake
Chippewas, Hurons,
Ottawas, Sioux pour leurs peaux de castor
ce lac (Route 65) pris le nom
du cadeau qu’il leur fit
le premier couteau en acier
qu’ils eussent jamais vu

VI
            Les longs canoës

« Ecorce de bouleau

     et Cèdre blanc

                pour les membrures.» 
(…)

Lorine Niedecker, Cette Condenserie, textes traduits, choisis et assemblés par Martin Richet, préface de Jean Daive, Éditions Corti, 2023, 276 p., 21€, pp. 147-149


Présentation du livre sur le site de l’éditeur :
« Grand-père / me disait : / Apprends un métier / Jai appris / à rester à mon bureau / à condenser / Pas de chômage / dans cette condenserie.
Saisis par cette image du ‘travail de poète’, nous avons voulu en présenter la matière et le processus : ‘le mélange, le changement’, ‘l’immense, massive corruption de la langue’. Aussi, le présent volume retrace plusieurs mouvements de condensation : comment la vie devenue lettre aux amis se fait matériau d’un poème ; comment la lecture se densifie en poétique ; comment le document et le savoir informent l’expérience et l’écriture. Ces mouvements déterminent notre table des matières dans ses deux parties.
‘De ton foyer au mien’ présente un large choix de lettres adressés aux compagnons de route, poètes, éditeurs, amis. À Harriet Monroe (éditrice de l’importante revue Poetry), à Louis Zukofsky et son fils Paul, à Cid Corman, à Jonathan Williams et au jeune voisin de Black Hawk Island, Gail Roub. Prolongements de cette correspondance, deux essais de Niedecker, sur la poésie de Louis Zukofsky et Cid Corman, closent ces échanges.
Notre deuxième partie, ‘Lac Supérieur’, nous renseigne sur le processus de composition du ‘magma opus’ de Niedecker, au moyen d’un choix de notes préparatoires, d’un journal de voyage et de la première version du poème, parue en revue et remaniée pour sa publication dans North Central (1968).
Martin Richet

Lorine Niedecker (1903-1970) a dédié sa poésie au paysage, à son évolution, à ses effets sur la vie de tous les jours. Outre son rapport à l’objectivisme, sa poésie est nourrie de sources diverses (surréalisme, politique, histoire, haïku) qui font l’originalité d’une œuvre prise dans des tensions antinomiques. C’est la singularité de cette poésie, à la fois lyrique, objective, économique, toujours localisée et souvent d’actualité, que ce volume entend donner à lire. Après Louange du Lieu (2012), Cette condenserie est le deuxième livre de Lorine Niedecker publié aux éditions Corti.