Claude Favre, “Thermos fêlé”, extraits


Claude Favre a publié aux éditions L’Herbe qui tremble une sorte de journal en poèmes, dont Poesibao propose quatre extraits.


 

Claude Favre, Thermos fêlé, peintures de Jean Dalemans, L’herbe qui tremble, 2023, 66 p., 15€


jeudi 15 janvier, qui parle d’amalgames peut en faire, quoi
atteint un seul en ces jours noirs tous nous atteint, ce qui
il faudrait faire joie des mots, troubler mieux le langage pour
décoller l’œil guidon, agrandir l’horizon pour, contre
chacun sur son quant-à-soi, et la guerre
la haine contre la présence, l’irresponsabilité dit-on, françaises
on brûle des effigies du président de la France au Pakistan
et c’est Sarkozy, c’est dire notre différente temporalité
à Grozny éclatent des manifestations obligées téléguidées
au Niger il y a 45 églises brûlées, et dedans, des morts
à Ploucville on espère qu’il n’y aura pas de vent
(p. 31)

*

mercredi 4 février, douleurs tête encore, à peu près
on parle d’oiseaux et je ne comprends rien
debout avec ces trous de la chienne mémoire et
ce besoin des langues, et leurs creusements
des choses, par le détail je me souviens et
du peintre Simon Hantaï qui souvent pensait
se mettre dans l’état de ceux qui n’ont
encore rien vu
il aurait fallu se crever les yeux dit-il
il aurait fallu ne pas prétendre, ne pas, d’avant-poste oublier
s’abstraire il aurait fallu, alors sortir de l’hôpital
la langue à l’œil nu, son frein à l’impossible
(p. 40)

*

un peu comme un thermos fêlé – impeccable extérieurement, mais dedans rien que du verre brisé
(p. 41)

*

mardi 17 mars, une partie de l’humanité disparait
jours et siècles après jours, des rêves des mots, et nuits
des gestes aussi, avec l’amour avec, le yiddish n’est plus
parlé si peu, je n’en sais que petite grammaire
Erri De Luca vous en remercie, qui pour nous pour moi, êtes un
homme à apprendre les autre, condamné, ce monde où ce sont
les poètes, les hommes pour qui dire c’est
faire c’est dire n’est-ce, Nasreen, Rushdie, Al Sabbagh, Djaout
et cætera, soulever traces, des autres quand le mot blasphème est
un mot en langues, terrain commun de la haine l’assignation
perdre les siennes, tracer plus haut, sans peur vouloir, danser
(p. 54)

Claude Favre, Thermos fêlé, peintures de Jean Dalemans, L’herbe qui tremble, 2023, 66 p., 15€