Béatrice Bonhomme, “Monde, Genoux couronnés”, extraits


Un choix de sept poèmes de Béatrice Bonhomme qui vient de recevoir le Prix Mallarmé 2023 pour “Monde, Genoux couronnés”


 

Une gravure de Béatrice Bonhomme


Poesibao l’avait annoncé récemment, Béatrice Bonhomme vient de recevoir le Prix Mallarmé 2023 pour son recueil Monde, Genoux couronnés, éd. Collodion, 2022.  


voici quelques poèmes extraits de ce livre.


L’humilité de la lumière
Naissant du silence

Les câbles électriques
Strient le cœur

Il y aura le bleu
Léger qui marque
À peine la blessure.

*

Les enfants vont s’asseoir un instant pour le repas
Puis s’égayer dans le champ

La coccinelle égarée a trouvé refuge
Dans un morceau de plâtre fondu

Le cèdre seul au loin
Se donne l’allure d’un prince coiffé

On écoute les bruits
Roucoulements, pépiements
Monde habité de tant
De vies pleines et minuscules.

*

Ma mère est assise sous le tilleul
Dans l’ombrage et la ramure
Elle dit : « je reviendrai sous le tilleul »

Il faut désormais de si bons yeux pour la reconnaître
Et s’asseoir en silence
À côté d’elle.

*

Ils sont tous là
Dans le silence qui s’est posé
Les morts comme les vivants
La pluie perce ses gouttelettes
Puis se fait glorieuse
Dans un ciel pastel

Tout le temps s’est posé
Sur le cœur
L’enfance enracinée de soleil et de pluie.

*

Ces après-midis
Où le noisetier tremble dans le vent
Une barrière de jardin en bois usé
Les plumes roses du mimosa japonais
Ouvrent leurs ailes

Les graines de l’acacia
Attendent leur germination de
Lumière

Un coq en clairon de Chantecler
Cueille le sillon de sieste
Poudrée de cèdre bleu

Il y a dans le temps
Une enfant qui court
Elle ressemble à la folie de l’herbe


Béatrice Bonhomme, Monde, Genoux couronnés, Editions Collodion, 2022, 160 p., 18€



Béatrice Bonhomme, est poète, critique littéraire et directrice de la revue Nu(e). Ses premiers poèmes paraissent en 1991.  Elle œuvre, depuis 1994, pour une meilleure reconnaissance de la poésie contemporaine.

Citons quelques-uns de ses livres de poèmes : Dialogue avec l’anonyme (Collodion, 2018), Les Boxeurs de l’absurde (L’Etoile des limites, 2019), Proses écorchées au fil noir (Collodion, 2020) et Monde, genoux couronnés (Collodion, 2022). C’est pour ce dernier recueil que le Prix Mallarmé lui a été donné le 9 juin 2023.
 
Elle a fondé en 1994 la Revue Nu(e), revue de poésie et d’art qui a consacré 81 numéros à la poésie contemporaine et paraît désormais en ligne sur POESIBAO. Elle dirige La Société des lecteurs de Pierre Jean Jouve. Dans le cadre de l’Université Côte d’Azur et du Centre culturel de Cerisy, où elle a dirigé plusieurs colloques, elle a édité de nombreux ouvrages et publié plusieurs études et articles sur la poésie moderne et contemporaine. Un livre sur l’œuvre poétique de Béatrice Bonhomme Le mot, la mort, l’amour chez Peter Lang est paru en 2012. Deux revues Poésie-sur-Seine et Coup de soleil lui ont été consacrées (2020-21).